Éditions précédentes

Université d'été 2017



Université d’été de l’Assemblée des Femmes, 24 et 25 août 2017. La Rochelle

 

Après deux Universités d’été consacrées à une interrogation sur les droits des femmes, dans leurs liens avec la laïcité (2015) et la marchandisation du corps des femmes (2016), l’Assemblée des Femmes poursuit sa réflexion sur les transformations de nos sociétés, sur la place que ces dernières réservent aux femmes, et sur la nécessité des réponses féministes, politiques et militantes, fortes et concertées à apporter, pour préserver des droits acquis depuis plus de 70 ans.

Le thème choisi cette année 2017, pour la 25ème édition de l'Université d'été, une nouvelle fois co-organisée avec l’association ECVF, Élu.e.s contre les violences faites aux femmes, est un questionnement sur la nature et la place des extrémismes de droite en France, en Europe et dans le monde, leurs liens avec les extrémismes religieux, et les conséquences pour les femmes.

Les élections présidentielles qui ont vu 17 millions d’électeurs apporter en France leurs suffrages à la candidate de l’extrême droite, l’élection de Donald Trump en novembre 2016 aux Etats Unis, les pleins pouvoirs votés au président Erdogan en Turquie, nous donnent le devoir de réfléchir à la montée de l’adhésion populaire à des politiques et des valeurs extrémistes, qu’elles soient politiques ou religieuses. Conformément aux missions qu'elle s'est données lors de sa création en 1992 : formation et information des futur.e.s élu.e.s et responsables d’action politique, interpellation des politiques en responsabilité, l'Assemblée des Femmes veut s'interroger sur

- les sources historiques et l'évolution de ces extrémismes, les facteurs qui les ont favorisés,

- leur mode de fonctionnement, de propagation, et d’asservissement des femmes

- les dégâts qu’ils produisent sur la vie des femmes en les privant de leurs droits, et en particulier les violences spécifiques induites,

- les armes et les outils qui permettent de déconstruire leurs projets et de les faire reculer, et entre autres les textes internationaux.

- les réponses politiques que l’on peut construire et apporter, tant au niveau national que local.

Elle s'appuiera pour ce faire sur des représentant.e.s associatif.ve.s, des chercheur.e.s, des personnalités politiques confronté.e.s, dans leur parcours, a ces différentes formes d’extrémisme.

L’Université d’été est ouverte à tout public adhérent ou non de l’ADF et d’ECVF, à tou.te.s les citoyen.ne.s et politiques démocrates et progressistes.

Comme en 2015 et 2016, les actes de cette Université d’été-2017 seront édités

RÉSISTER CONTRE LES EXTRÉMISMES : UNE URGENCE POUR LES DROITS DES FEMMES, EN FRANCE, EN EUROPE ET DANS LE MONDE

Invitée d’honneur : Maud OLIVIER, a.députée de l'Essonne

24 et 25 août 2017 – La Rochelle. Salle de l’Oratoire, 6 bis rue Albert 1er

jeudi 24 août 2017

9h : Accueil des participant.e.s Exposition de Femmes solidaires et Clara Magazine « Elles comme laïcité »

9h 30- 10h30 : Ouverture officielle de l’Université d’été :

- Danielle BOUSQUET, Vice- Présidente de l’ADF, et Carmelina de PABLO, Présidente d’ECVF

- Jean-François FOUNTAINE,  Maire de La Rochelle

- Naïma CHARAÏ, Conseillère Régionale déléguée à l’égalité femmes/hommes représentant le Président de la Région Nouvelle Aquitaine 

10h 30- 12h30 : Séance introductive : les extrémismes politiques et religieux, histoire, stratégies et fonctionnement. Fatima LALEM, secrétaire générale de l’ADF, modératrice.

- Jacqueline COSTA-LASCOUX, sociologue, directrice de recherche au CNRS, «  La servitude volontaire »

- Christèle MARCHAND-LAGIER, Maître de conférences de science politique, « Votes des femmes au Front National : arbitrages, compromis et formes privées d’usages du politique »

➢ Débat avec la salle (1/2 h)

12h30- 14h déjeuner sur place

14h-16h30 TABLE-RONDE 1 : Approches diverses des extrémismes en France, témoignages d'associations, de militantes politiques et d'élues . Michèle LOUP, bureau de l’ADF, pdte d’honneur d’ECVF, modératrice.

- Jacqueline DEVIER, candidate aux législatives (Alpes Maritimes), «  Faire peur à ceux qui ont peur »

- Nathalie LANZI, vice-présidente de la Région Nouvelle Aquitaine

- Sabine SALMON, présidente nationale de Femmes Solidaires

➢ Débat avec la salle (1/2h)

16h30-17h30 : Vos actions militantes : la parole aux adhérent.e.s de l’ADF et d’ECVF

19h-20h30 « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes », Lecture/spectacle du texte de CHARB, par Gérald DUMONT, suivi d'un débat animé par Marika BRETde Charlie-Hebdo (ouvert au public, sur inscription)  

 

Vendredi 25 août 2017

9h00 : Accueil

9h15-10h : Les droits des femmes bafoués à l’international : la CSW61- 2017 et la 60ème session de la CIDP

- Danielle BOUSQUET, présidente du HCEF/H, vice-présidente de l'ADF

10h-12h30 TABLE-RONDE 2 : les extrémismes en Europe et dans le monde, contre les droits essentiels des femmes Claire DONZEL, trésorière de l’ADF, modératrice

- Carine DELAHAIE, rédactrice en cheffe de Clara Magazine

- Gisèle GÜZEL-KOC, féministe candidate aux législatives de 2015, membre du HDP (Turquie)

- Christine REVAULT D’ALLONNES- BONNEFOY, députée européenne

- Nina SANKARI, Vice-présidente de la Fondation Kazimierz Lyszczynski, co-fondatrice du Comité "Sauvons les Femmes"

Grand témoin : Shoukria HAÏDAR, Présidente de NEGAR-Soutien aux femmes d’Afghanistan, situation de l’Afghanistan

➢ Débat avec la salle (45 minutes)

12h30- 14h déjeuner sur place

14h - 14h15  Hommage de l'Assemblée des Femmes : “Le manifeste des 343”, hommage à Christiane Gilles, Simone Veil et Jeanne Moreau par Françoise DURAND, vice-présidente de l’ADF

14h15 - 14h45  Construire des politiques concrètes d'égalité

- Maud OLIVIER, ancienne députée, ancienne maire des Ulis

14h45 - 15h30  Où ensont les droits des femmes en 2017?

- Geneviève COURAUD, présidente de l’ADF

En présence de Pierre CABARÉ, député de Haute Garonne, vice-président de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée Nationale

15h30-16h Dans la série « PORTRAITS CROISéS » (ADAMI) de Frédérique Ribis et Stéphane Choukroun, « Eva DARLAN, militante-citoyenne ». En présence de la comédienne.

16h-16h30  Adresse aux politiques : les attentes de l’assemblée des femmes

16h30 -17h  Clôture  de l’université d’été

- Geneviève COURAUD, présidente de l’ADF et Carmelina de PABLO, présidente d’ECVF

 

L'université d'été de l'ADF reçoit le soutien du Ministère des Droits des Femmes, de la Région Nouvelle Aquitaine et de la Ville de La Rochelle.

 Télécharger presentation_intervenantes.pdf

Danielle BOUSQUET

Présidente du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes

Danielle Bousquet a été nommée Présidente du HCEfh par arrêté du Premier ministre en janvier 2013.

Ancienne députée des Côtes-d'Armor (1997-20012), vice-présidente de l’Assemblée nationale (2009-2010) et de la Délégation aux droits des femmes et à l’égalité de l’Assemblée nationale (2002-2012), elle a en particulier travaillé sur le sujet de la prostitution (mission d’information de l’Assemblée nationale, 2011), des violences de genre (co-auteure de la loi contre les violences faites aux femmes, 2010) ou encore de l’IVG et la contraception (rapporteure de la loi sur l’IVG, 2001, et de la loi de la contraception d'urgence, 2000)

 

Pierre CABARE

Député de Haute Garonne, vice-président de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée Nationale

Pierre Cabaré, père et grand-père de trois enfants et petits- enfants, chef d’une TPE (75% de femmes), avant de devenir à 59 ans député de la 1ère  circonscription de Haute-Garonne. Je rencontre Simone Veil à 17ans. Elle participe à ma volonté d’être actif dans la vie politique par un engagement associatif puis plus politique. Je milite pour une Ecologie transversale. Aujourd’hui c’est un véritable honneur d’être vice-président de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les femmes et les hommes. Je suis à la commission des affaires étrangères. Je reste un européen convaincu.

 

Jacqueline COSTA-LASCOUX

Directrice de recherche au CNRS, associée au CEVIPOF à Sc. Po, Paris

Jacqueline COSTA-LASCOUX est Directrice de recherche au CNRS, associée au CEVIPOF à Sc. Po, Paris. Elle est experte auprès de l’UNESCO dans le cadre du dialogue Euro-arabe. Ses recherches portent sur l’éducation à la citoyenneté et la laïcité, les violences et la déscolarisation des adolescents, la réussite éducative, la parentalité.

Elle a siégé au Haut Conseil à l’Intégration, dont elle a dirigé l’Observatoire de l’immigration et de l’intégration, à la Commission Stasi Laïcité et République et à la Commission Thélot sur L’avenir de l’Ecole. Elle est  membre du Groupe d’appui à la protection de l’enfance, co-auteure de plusieurs rapports pour l’Education nationale. Elle siège à l’Observatoire de la laïcité Rhône-Alpes.

Parmi ses publications récentes, elle a écrit  L’humiliation. Les jeunes dans la crise politique, l’Atelier, 2010 ; La représentation du monde arabo-musulman dans les manuels scolaires français, UNESCO/ENS, 2012 ; La parentalité dans tous ses état (dir.), ADRIC, 2013.

Dans ses fonctions associatives, elle a été Présidente de la Ligue de l’Enseignement et de la Fédération Nationale des Ecoles de Parents et des Educateurs (FNEPE). Elle est actuellement au Bureau de France Terre d’Asile.

 

Geneviève COURAUD

Présidente de L’Assemblée des Femmes

Professeure agrégée de lettres à la retraite, Geneviève Couraud a exercé durant 36 ans, dont 32 dans le 13ème arrondissement de Marseille. Militante féministe, associative et syndicale, elle a été membre actif du MLAC à Marseille (1974). Présidente du CIDF- Phocéen (1998), membre du bureau confédéral du MFPF- Mouvement Français pour le Planning Familial (2007-2012), présidente d’ECVF - Élu.e.s contre les violences faites aux femmes (2013-2015), elle est aujourd’hui secrétaire générale de NEGAR-Soutien aux femmes d’Afghanistan. Adhérente de l’Assemblée des Femmes depuis 1998, puis secrétaire générale en 2011, elle succède à Danielle Bousquet à la présidence en Janvier 2016. Elle a été déléguée nationale aux droits des femmes du parti socialiste (1998- 2008), et conseillère d’arrondissements en charge de la culture du 7ème (1995-2001) puis du 8ème secteur de Marseille (2008-2014). Membre de Section du CESE (1999-2001), de l’Observatoire de la Parité entre les femmes et les hommes (2010-2012), elle est depuis 2016 membre du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

 

Eva DARLAN

Comédienne, auteure d’essais, de théâtre et télévision

On retiendra bien sûr « Merci Bernard » et « Palace », mais aussi « Juste une question d’Amour », « Fais pas ci Fais pas ça »

Dernière pièce de théâtre : « Conseil de Famille », spectacles seules: « Divins Divans » et « Crue et Nue »

Auteure de « Crue et Nue », (Gawzevitch) « Je Krach » (Yves Derai) et » Grâce ! » (Plon)

Féministe engagée, a porté le mouvement de libération de Jacqueline Sauvage

 

Carine DELAHAIE

Rédactrice en cheffe de Clara Magazine

Rédactrice en cheffe de Clara-magazine depuis 2009, après y avoir collaborée dans les rubriques Culture et Société, Carine Delahaie a également été journaliste pigiste pour des journaux d’art et des catalogues d’artistes.

Spécialisée sur l’étude des dominations de genre et du continuum des violences faites aux femmes en France et dans le monde, elle travaille sur l’inscription du sexisme, des violences dans les arts et la culture populaire.

Elle a rédigé de nombreux articles sur la laïcité et les droits des femmes et donne toute l’année des formations et interventions sur ces questions. Enfin elle intervient régulièrement en milieu scolaire sur les thèmes Laïcité, citoyenneté et radicalisation.

 

Carmelina de PABLO

Présidente de l’association « Elu.e.s contre les violences faites aux femmes » Elle est Conseillère municipale EELV de la ville de Montrouge (Hauts de Seine).

Très engagée dans le mouvement associatif, elle est par ailleurs présidente d’une association de formation artistique « Les yeux fertiles des enfants » , ainsi que d’une autre association de défense de la nature « Collectif vert de l’arboretum du Chêne-Vert ».

Elle s’est engagée depuis 20 ans dans les luttes pour l’égalité femmes/hommes, dans son parti politique comme dans son mandat de conseillère municipale. Son engagement à ECVF s’inscrit dans le prolongement de ce parcours.

 

Jacqueline DEVIER

Candidate aux législatives (Alpes Maritimes)

Récemment retraitée, Jacqueline Devier était durant sa carrière à Air France militante à la CFDT. Tout au long de sa vie Jacqueline a été très active pour l'avancement des droits des employés et des femmes, en étant entre autres Fondatrice de Laïcité06, Secrétaire fédérale déléguée aux Droits des Femmes et à l'Egalite au Parti Socialiste (06), et adhérente à l'Assemblée des Femmes et au CIDFF.

Dernièrement elle s'est présentée aux législatives 2017 dans la 5ème circonscription des Alpes Maritimes pour le Parti Socialiste, prônant les valeurs sociales et progressistes qu'elle a toujours défendues.

 

Françoise DURAND

Vice-présidente de l’ADF

Françoise DURAND est avec Yvette Roudy co-fondatrice de l’Assemblée des femmes en 1992.  Elle en est la secrétaire générale jusqu’en 2011, puis la vice-présidente. Professeure d’histoire au lycée Voltaire à Paris, elle a commencé son parcours politique à l’âge de 22ans au parti communiste dont elle a été exclue en sept 81. Elle adhère en 1984 au parti socialiste, dont elle est toujours membre. Féministe et laïque, elle est engagée dans toutes les luttes des femmes des XXème et XXIème  siècles, en faveur du droit à l’avortement et à la contraception, et, au sein du parti socialiste en faveur de la parité politique. Elle a été secrétaire fédérale de Paris et déléguée nationale aux droits des femmes.

Elle accomplit deux mandats comme conseillère de Paris.

En 2014, elle crée l’association « Olympe de Gouges, aujourd’hui » pour la reconnaissance nationale de son œuvre, et pour que son buste soit installé à l’Assemblée Nationale, ce qui a été fait le 20 octobre  2016. C’est la 1ère femme à entrer à l’Assemblée Nationale.

 

Gisèle GUZËL-KOC

féministe turque

- Féministe et défenseuse des droits de l'Homme engagée, candidate aux législatives de 2015 et membre du HDP 

- responsable de rédaction à kedistan.net

 

Shoukria HAÏDAR

PPrésidente de NEGAR - soutien aux femmes d’Afghanistan

Née en Afghanistan en novembre 1957, elle est tout d’abord sportive de haut niveau et membre du comité olympique. Menacée, elle fuit son pays au moment de l’invasion soviétique en 1978, et se réfugie en France où elle entreprend des études d’éducation physique à Nice.

En 1996, Shoukria comprenant ce qu’allait être la main mise des talibans sur l’Afghanistan, elle crée avec deux amies et le soutien de toutes les associations féministes françaises et de nombreux partis politiques, l’association NEGAR ; qui s’oppose avec succès à la reconnaissance par la France et l’Europe du gouvernement taliban.

En 2000, elle organise à Douchambé (Tadjikistan) la 1ère Conférence des droits des femmes afghanes, qui réunit des femmes afghanes de la diaspora, d’autres venues d’Afghanistan, et quelques observatrices occidentales afin d’élaborer une Déclaration des Droits des Femmes Afghanes. Portée par les participantes de la Conférence et accompagnée d’un Manifeste de Soutien, cette déclaration récoltera deux millions de signatures dans le monde.

La deuxième conférence des droits des femmes afghanes a lieu en juin 2002 dans Kaboul libérée.

Infatigable défenseure des droits des femmes, de l’égalité entre les femmes et les hommes, et de la laïcité, elle reçoit en  novembre 2013, au titre de l’international, le Prix Laïcité République.

 

Nathalie LANZI

Vice-présidente de la Région Nouvelle Aquitaine

Petite fille d’immigrés italiens, très tôt engagée, elle adhère en 1983 au Parti Socialiste à Tullins, en Isère, au côté de Gisèle Halimi. Elle a toujours combattu les injustices et, dans le cadre de son engagement politique et professionnel, elle poursuit ce combat.

De 1990 à 1993, elle est chargée de communication et historienne de l’entreprise, au sein de l’entreprise HEWLETT PACKARD où elle met en place les relations « université- entreprise ».

Aujourd’hui professeure d’Histoire-Géographie dans un collège de Niort, elle est également auteure de divers ouvrages pédagogiques pour le CRDP, rédactrice d’articles et de fichiers pédagogiques pour le site de l’académie de Poitiers.

En 2010, Ségolène Royal, très attachée au combat pour l’égalité femme-homme, lui permet d’intégrer le groupe des élus régionaux, et la charge de travailler sur cette thématique. Elle est actuellement  2ème Vice-Présidente de la région Nouvelle Aquitaine, chargée de la culture, de la jeunesse, du sport et du patrimoine.

Présidente de l'association « République et citoyenneté des Deux Sèvres », secrétaire Fédérale aux droits des femmes depuis 2008 de la Fédération PS des Deux-Sèvres, son engagement politique poursuit son engagement citoyen.

 

Christèle MARCHAND - LAGIER

Maître de conférences de science politique

Christèle Marchand-Lagier est maître de conférence en science politique à l'université d'Avignon  et spécialiste de sociologie électorale. Elle a publié cette année un ouvrage sur l'analyse du vote Front national : Le vote FN pour une sociologie localisée des électorats frontistes (De Boeck supérieur)

Cet ouvrage est le fruit de 15 ans de travaux sur les électorats FN (à la fois lepéniste et mariniste), soit 130 entretiens recueillis auprès d'une soixante d'électeurs et d'électrices du Front national dont  certains d'entre eux (elles) ont été suivi.e.s et réinterrogé.e.s à plusieurs reprises Il s’agit sans doute de l’un des premiers ouvrages, qui donne la parole aux électeurs et électrices du Front national en proposant de les laisser raconter ce qu’ils sont, pour mieux comprendre ce qu’ils font. L’analyse démontre en quoi les électeurs du FN sont des électeurs comme les autres, ni plus ni moins politisés, ni plus ni moins idéologues et qui entretiennent peu d’illusion sur la capacité du FN à changer leur vie. Cet ouvrage plaide pour une approche localisée de l'électorat FN dont les motivations sont, d'un territoire à l'autre, assez différentes.

Christèle Marchand-Lagier développe par ailleurs depuis plusieurs années, en collaboration avec des collègues géographes et informaticiens, des travaux sur l’analyse des pratiques de vote et de l'abstention sur la commune d’Avignon, phénomène qui éclaire et nuance indubitablement les scores obtenus par le FN.

 

Maud OLIVIER

A. députée, responsable des droits des femmes au groupe SRC, rapporteure de la loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel

Maud Olivier a été Députée socialiste de l'Essonne jusqu’en juin 2017, vice-présidente de la Délégation aux droits des femmes et responsable des droits des femmes au groupe socialiste de l'Assemblée nationale depuis 2012. Elle a été rapporteure de la loi de lutte contre le système prostitutionnel, adoptée en avril 2016.

Rapporteure de la mission d’information sur les études de genre fin 2016, elle a rédigé un rapport au nom de la délégation aux droits des femmes intitulé «Les sciences au service de l’égalité réelle».

Maud Olivier travaille depuis longtemps sur les politiques publiques d’égalité. En tant que Maire des Ulis (2008-2012), elle a fait adopter un plan d’action égalité femmes-hommes pour la commune, suivant l’approche intégrée de l’égalité (gender mainstreaming). Conseillère départementale  de l’Essonne en charge de l’égalité femmes-hommes de 2008 à 2014, elle a élaboré de nombreuses politiques publiques qui sont aujourd’hui recommandées au niveau national (éga-conditionnalité, dispositif d’accompagnement de jeunes femmes désocialisées, réseau de collectivités pour l’égalité, etc.). Forte de ses expériences d’élue locale, elle a privilégié à l’Assemblée nationale une lecture concrète des lois, pour changer le quotidien des plus précarisés et, par conséquent, des femmes.

Elle a été membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Elle a été également membre de l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques et a élaboré dans ce cadre un rapport intitulé « Faire connaître et partager  les cultures scientifique, technique et industrielle » avec l’objectif de lutter contre les discriminations dans l’accès aux sciences, avec un focus particulier pour les filles.

 

Christine REVAULT D’ALLONNES-BONNEFOY

Députée européenne

Christine Revault d'Allonnes-Bonnefoy est députée européenne socialiste de la circonscription Ile-de-France et Français établis à l'étranger depuis le 14 avril 2014. Elle préside la Délégation socialiste française depuis le 25 janvier 2017. Elle est membre de la commission des Transports et du Tourisme et siège également dans la commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures ; pour laquelle elle est rapporteure sur la signature par l'Union européenne de la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique – dite Convention d’Istanbul.

Elle s’engage au sein du Parti socialiste en 1995. En 2004 elle devient conseillère régionale d’Ile-de-France, membre de la commission de l’aménagement du territoire puis des transports

 

Sabine SALMON

Présidente nationale de Femmes Solidaires

Sabine Salmon est Présidente nationale de Femmes solidaires, mouvement féministe, laïque d’éducation populaire constitué de 190 associations locales en France implantées dans tous types de quartiers, en milieu urbain comme rural, soit un réseau de 10 000 femmes.

Sabine Salmon a engagé son mouvement dans l’éducation non sexiste et non violente à tous les niveaux de la société tant dans les quartiers, les entreprises pour de la formation professionnelle que dans la réalisation de programme pédagogique pour le monde de l’éducation.

Elle participe régulièrement à des travaux parlementaires pour permettre de transformer les revendications des femmes de son mouvement en politique publique féministe.

Elle a également participé à créer le Réseau international Féministe et laïque (RIFL) qui rassemble des ONG et des féministes à travers le monde, qui soutiennent le projet de sociétés laïques et luttent contre le relativisme culturel. Forte du statut consultatif spécial de Femmes solidaires auprès des Nations unies, elle participe chaque année aux travaux de la Commission sur le statut des femmes à l’ONU.

Elle est membre du Haut Conseil à l’Egalité.

 

Nina SANKARI

Vice-présidente de la Fondation Kazimierz Lyszczynski, co-fondatrice du Comité "Sauvons les Femmes"

Nina Sankari est une et militante féministe, laïque et athée polonaise, vice-présidente de la Fondation Kazimierz Lyszczynski. Elle écrit et traduit des articles pour les médias polonais et français libres penseurs et féministes (Fakty i Mity, Faktycznie, Feminoteka, Przeglad Ateistyczny Journal ReSPUBLICA , 50/50, Clara Magazine, La Raison, Charlie Hebdo). Co-fondatrice de l’Association Internationale de la Libre pensée (AILP) et sa porte-parole et du Réseau international féministe et laïque (RIFL), co-fondatrice du comité « Sauvons les Femmes ». Elle est l’initiatrice et co-organisatrice des Journées Athées en Pologne – un grand événement annuel international à Varsovie.

    

 

Les Modératrices

SÉANCE INTRODUCTIVE : les extrémismes politiques et religieux, histoire, stratégies et fonctionnement

Fatima LALEM

Economiste et sociologue, militante féministe

Adjointe au Maire de Paris en charge de l’Égalité femmes/hommes entre 2008 et 2014, Fatima Lalem a également un parcours associatif très engagé en faveur des droits des femmes, de l’éducation à la sexualité, de l’interculturalité, de la laïcité et la citoyenneté.

Elle a ainsi exercé des responsabilités au Mouvement Français pour le Planning Familial, dont elle a été membre du bureau national et responsable de la commission nationale sur la contraception (2000-2007). Elle a également été membre du Conseil Supérieur de l’Information Sexuelle et animatrice d’un groupe de travail sur l’éducation à la sexualité (2004-2005). Elle s’est par ailleurs investie sur les questions de santé, en tant que présidente de l’Adeca (Association départementale de dépistage du cancer du sein (2011-2014).

Engagée contre les violences faites aux femmes, elle a été vice-présidente d’ECVF – Elu.e.s contre les violences faites aux femmes (2012-2015). Son engagement pour les droits des femmes se double d’une attention particulière portée à l’interculturalité et à la citoyenneté. Elle a ainsi été présidente de l’Association pour le développement et la revalorisation de l’interculturel pour la citoyenneté (ADRIC) entre 2004 et 2008. Depuis 2016, elle est Secrétaire Générale de l’Assemblée des femmes.


TABLE-RONDE 1 : Approches diverses des extrémismes en France, témoignages d’associations, de militantes politiques et d’élues  

Michèle ROUBINET-LOUP

Administratrice et membre du bureau de l’Assemblée des femmes, Présidente de l’association Du Côté Des Femmes, Vice-présidente de la FNSF, Présidente d’honneur d’ECVF

Michèle ROUBINET-LOUP est administratrice de l’Assemblée des Femmes depuis 2011 et au Bureau de l’AdF depuis 2012. Elle y assume la représentation de notre l’association auprès de différents collectifs associatifs féministes. Elle est investie dans plusieurs associations féministes depuis de nombreuses années. Elle est actuellement présidente de l’association Du Côté Des Femmes dans le Val d’Oise, qui gère un accueil de jour et deux CHRS destinés à accueillir, écouter et accompagner des femmes victimes de violences et leurs enfants, dans une démarche globale de sortie des violences et vers l’émancipation.

Michèle est également Vice-présidente de la FNSF – Fédération nationale SOLIDARITE FEMMES qui regroupe au plan national 64 associations territoriales comme la sienne.

Elle a été présidente de l’association des Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes lors de son mandat de Conseillère régionale d’IDF chargée de l’égalité Femmes/Hommes.

 

TABLE-RONDE 2 : Les extrémismes en Europe et dans le monde contre les droits essentiels des femmes

Claire DONZEL

Trésorière de l’Assemblée des Femmes

Claire DONZEL est entrée en politique, à 27 ans, par le féminisme, pour porter les injustices et les inégalités faites aux femmes dans les lieux où s’exerce le pouvoir et où s’infléchissent les mentalités.

Membre du PS depuis 1977, elle a créé dans la fédération de Haute-Savoie la Commission fédérale aux Droits des Femmes avant de diriger la fédération 74 du PS pendant 7 ans.

Elle est adhérente de plusieurs associations féministes et trésorière de l’Assemblée des Femmes depuis 2014.

Elle est retraitée, ancienne professeure agrégée honoraire d’EPS et diplômée de l’INSEP en sociologie du sport et a été conseillère régionale (PS) de Rhône-Alpes pour la Haute-Savoie de 2010 à 2015.

 

L'Université d'été de l'Assemblée des Femmes, co-organisée avec ECVF, aura lieu : 

Salle de l'Oratoire - 6 bis rue Albert 1er

17000 La Rochelle

Les frais d'inscription incluent, outre la possibilité d'assister à l'intégralité des débats des deux jours, les déjeuners des 24 et 25 août 2017.

 

Vous n'êtes pas élu.e ?

Merci de bien vouloir vous incrire en ligne via ce formulaire ou de télécharger le bulletin d'inscription (bulletin_inscription_2017_ue-adf.pdf) et de le renvoyer accompagné du chèque de règlement à :

Claire Donzel - 18 chemin des Cloches - 74 940 ANNECY LE VIEUX

 

Vous êtes élu.e ?

L'université d'été est co-organisée avec l'association ECVF - Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes - organisme de formation agréé pour élu.e. Vous êtes donc invité.é à vous inscire à cette formation via ce formulaire. Vous recevez alors un bulletin d'inscription à faire signer et tamponner par votre collectivité.